página de inicio de Ultreia
formulario de login






|

SECRETARÍA XERAL PARA O TURISMO

Le Secrétariat général Tourisme dépend du Cabinet Culture et Tourisme de la région de Galice. Ci-après sont exposées les fonctions principales menées par cette institution :

  • Planification de la politique d'aménagement, de développement et promotion du tourisme au niveau de La Galice, définissant les lignes d'intervention de la politique touristique qui s'appliquent sur ce territoire.
  • Direction et coordination des interventions du Cabinet Culture et Tourisme en matière de tourisme.
  • Instauration de réels canaux de communication avec les autres organismes locaux, provinciaux, de l'administration centrale et d'autres administrations, ainsi qu'avec le secteur privé.
  • Exploitation et utilisation optimale des ressources touristiques de La Galice, directement ou à travers Turgalicia, grâce à la promotion, publicité, les relations publiques et autres actions de notoriété, aussi bien à l'intérieur de La Galice qu'en Espagne ou à l'étranger, sans préjuger des compétences de l'administration centrale de l'Etat espagnol.
  • Direction et coordination des interventions du Cabinet Culture et Tourisme, directement ou à travers la société anonyme de gestion du plan Xacobeo (de St-Jacques), en lien avec la mise en valeur culturelle et touristique du chemin de St-Jacques, sa promotion, la gestion de l'image corporative de St-Jacques et du réseau d'auberges ; tout comme n'importe quelle action en faveur des chemins de St-Jacques.
  • Application des mécanismes nécessaires pour améliorer les structures et les fondements de la formation professionnelle au plan touristique, sans préjuger des compétences qui peuvent correspondre à d'autres organismes.


La Galice : une destination atlantique

San Andrés de Teixido y Punta Valteira [Archivo Turgalicia]

La Galice est liée à l'océan atlantique avec 2 000 ans d'histoire. Parcourir ces terres du Nord Ouest de l'Espagne permet de vivre une aventure singulière remplie de traditions, de paysages forts et de villes uniques. La Galice est multicolore, ses paysages non seulement changent à chaque saison, mais également si nous voyageons de la côte vers l'intérieur, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest. L'existence d'une large bande côtière atlantique et de zones continentales, ainsi que des contrastes liés à l'altitude et des différences climatiques et géographiques importantes nous permettent de comprendre la diversité naturelle de La Galice. La longitude des côtes galiciennes et son profil sinueux marqué par ses caps; plages, lagunes, falaises… font de La Galice une région unique où on peut profiter d'eaux turquoises paradisiaques et de plages de sable fin au pied de l'océan atlantique.

En Galice, chaque visiteur peut faire ressurgir de la mémoire de ce peuple les châteaux énigmatiques et peut être découvrir l'histoire des Celtes. Il peut aussi voyager à travers La Galice romaine, présente dans ses villes et ses villages avec des centres historiques parfaitement conservés qui nous transportent à nos origines et qui nous donnent l'opportunité de revenir à cette époque.

La Galice c'est aussi la terre aux 1 000 fleuves ; le père de ces derniers était El Mino, qui traverse La Galice du Nord Est au Sud Est, flirtant au final de son parcours avec La Galice galicienne et La Galice portugaise, pour terminer en se jetant dans l'océan atlantique.

En Galice, le visiteur peut profiter, en fonction de ses besoins, d'une grande variété de typologies de tourisme : le tourisme de pèlerinage, de nature, nautique, de pêche, rural, culturel, urbain, balnéaire (mer et soleil), d'évènements, de congrès, d'incentives, gastronomique, thermal, de loisirs et sportif, sports d'hiver.

Gastronomía gallega  [Archivo Turgalicia]

La Galice possède son propre style de vie : le style de vie atlantique, défini par une très bonne qualité de vie, des relations humaines fortes, un rythme de vie marqué par le calme, le lien étroit des galiciens avec l'eau et l'influence omniprésente de l'atlantique qui traduit une culture et une façon d'être tout à fait uniques.

La Galice possède une gastronomie attractive qui provient de la cuisine atlantique, avec une manière de cuisiner très familiale, pleine d'attention et artisanale. Ce style a donné lieu au régime atlantique, un régime propre à La Galice basé sur des matières premières de qualité et cuisinées de façon simple et de multiples manières, qui donne lieu à des saveurs très variées capables de satisfaire tous les palais.

Une cuisine traditionnelle, avec également beaucoup de créativité, reconnue et prestigieuse ; où les produits de la mer (poissons et fruits de mer), les produits maraîchers et les viandes préparées sous 1 000 formes constituent la plus belle vitrine de la cuisine atlantique. Et nous ne pouvons oublier les vins, les meilleurs vins blancs du monde sont produits dans cette région et les vins rouges ont obtenu une reconnaissance bien au-delà des frontières galiciennes.

La Galice prend soin d'elle et prend soin de toi ; En Galice, la santé, le bien être, l'équilibre de soi est une tradition, et la raison pour laquelle dans cette région tu peux t'occuper de ton corps et de ton esprit. L'héritage romain nous a laissé entre autres coutumes la passion pour les sources mineromédicinales et la preuve de celles-ci sont les stations balnéaires ; certaines de cette époque, d'autres des XVIIIème et XIXème siècles. Aujourd'hui, en plus des centres thermales et balnéaires, tu peux prendre son de toi dans les thalassos aux propriétés d'eau de mer ou dans des spas (la santé par l'eau).

La Galice, c'est la tradition, la fête. Populaires, gastronomiques…, les fêtes débordent du calendrier ; chaque année, il n'y a pas d'excuse pour ne pas profiter des loisirs en Galice ; dans cette région, il n'y a pas de temps pour l'ennui.

Pazo de Santa María [Archivo Turgalicia]

La Galice, c'est la distraction. Toute une variété d'offres d'activités de loisirs t'attendent afin de profiter de cette région ; en mer, en l'air, sur la terre, sur les fleuves… randonnée, pêche, plongée sous-marine, route à cheval, parapente, escalade, rafting, surf, windsurf, golf… et plus encore.

En Galice, il existe un important réseau d'hébergements aux caractéristiques différentes : hôtels, pensions, campings, gîtes… beaucoup d'entre eux étant situés dans des édifices historiques où tu expérimenteras le retour à une vie d'antan ; situés dans des environnements paysagers uniques, où lorsque tu as eu cette première expérience, tu sentiras le besoin de revenir quelque soit le moment de l'année. En Galice, tu te sentiras comme à la maison… ou mieux, tu dormiras comme à la maison… ou mieux… tu mangeras comme à la maison… ou mieux ; pour ses logements, pour sa gastronomie, pour ses habitants… en Galice… tu te sentiras comme à la maison… ou mieux…

Le chemin de St-Jacques

Peregrinos en el Camino de Santiago  [Archivo Xacobeo]

Le chemin de St-Jacques a été déclaré le premier itinéraire culturel européen par le Conseil de l'Europe en 1987, et patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 1993 ; postérieurement en 2004, il a été récompensé par le prix du Prince des Asturies, ce qui en fait une référence sur le plan européen.

La péninsule ibérique (aujourd'hui l'Espagne et le Portugal) faisait partie, selon certains textes anciens, des terres sur lesquelles l'apôtre Jacques prêchait le christianisme. Après avoir été décapité en Palestine, vers l'année 44 après J.C., ses disciples, selon la tradition, transportèrent son corps sur un bateau jusqu'en Galice, une des terres hispaniques incluse dans ses prédications. Depuis les premières années du IXème siècle (en 820) où se découvrit la tombe de Jacques, un nombre incalculable de personnes ont effectué le pèlerinage de Compostelle et font réalité les paroles de l'apôtre qui, selon le manuscrit Calixtino, disait en rêve à
Charlemagne : "Derrière toi, tous les peuples iront en pèlerinage jusqu'à la fin des temps" ; ce qui généra une multitude de flux de pèlerinages jusqu'à son emplacement. Cette affluence finit par former, depuis de nombreux points en Europe, un réseau dense d'itinéraires communs dans leur ensemble, comme le chemin de St-Jacques ou la route de St-Jacques. Le chemin de St-Jacques a généré tout au long de ses 12 siècles d'histoire une extraordinaire vitalité spirituelle, culturelle et sociale, due aux rencontres entre peuples de divers horizons que cette route favorisa et qui est basée sur des échanges d'idées et de courants artistiques et sociaux. ; ainsi qu'un dynamisme socio économique qui favorisa le développement de divers secteurs en Europe.

Le chemin de St-Jacques a été et continue d'être, sans aucun doute, l'itinéraire le plus ancien, le plus parcouru et le plus célèbre du vieux continent. Jérusalem et Rome furent durant des siècles les deux pôles d'attraction pour les pèlerins et les voyageurs européens, mais elles ne formèrent jamais un chemin en tant que tel. St-Jacques a également bénéficié de cette attractivité pour les marcheurs en randonnées de tous temps, mais en plus elle a créé une route, a réalisé un chemin.

Peregrinos en el Camino de Santiago  [Archivo Xacobeo]

Les premiers pèlerins, au XIème siècle, provenaient seulement des royaumes de Galice et d'Asturies. Nombreux sont les causes et les motifs soutenus par les historiens pour expliquer la fièvre des pèlerinages d'autrefois : motifs de curiosité, d'aventures… Très souvent, ce sont des intérêts commerciaux et des échanges culturels, en certaines occasions des voleurs prêts à profiter des pèlerins désemparés. Mais il n'y a aucun doute, dans la majorité des cas, que le motif religieux soit sous-jacent. Le pèlerinage était au moyen-âge un symbole de la vie du christianisme, un chemin incertain vers la moralité éternelle. Les chevaliers du XVème siècle venaient pour participer à des tournois et connaître d'autres lieux, faisant toujours vœux de piété. Peintres, marins, nobles, tous, avant la fin du XVème siècle, exprimèrent sous une forme ou une autre leur vénération à la sépulture du disciple du Christ.

Un des pèlerins les plus prestigieux et reconnu pour ses pèlerinages à Compostelle est le français Aymeric PICAUD, auteur du "Guide du pèlerin de St-Jacques de Compostelle", partie française de chemins ; reconnu comme premier guide de voyage de l'histoire.

Que les chemins de St-Jacques soient art, histoire, culture et religieux est communément admis. Mais il y a un autre aspect qui se révèle très important : l'immense valeur écologique qu'il comporte. Cela ne se résume pas simplement aux paysages, compagnon inséparable du pèlerin, mais plus largement à l'environnement en tant que tel, aux trésors naturels qui croisent et bordent les routes menant à Compostelle.

En Galice, il est possible de venir de plusieurs manières, mais la meilleure forme est le chemin de St-Jacques, et des chemins il y en a beaucoup. Vous trouverez ci-après un échantillon représenté par 11 chemins officiels où se trouve indiqué l'itinéraire par lequel passe chacun d'eux :

  •  Le chemin français : Tui–O Porrifo–Mos-Redondela-Ponteverdra-Caldas de Reis-Pontecesures-Padron-Santiago de Compostela.
  •  Le chemin du nord : Ribadeo-Vilanova de Lourenzà-Mondofiedo-Vilalba-Sobrado-Arzùa-Santiago de Compostela
  •  Le chemin du sud-est – Route de l'argent :
                           Début : A Cando-A Gudifia
                          Variante par Laza :A Gudifia-Laza-Vilar de Barrio-Xunqueira de Ambia
                          Variante par Monterrei : A Gudifia-Verin-Monterrei-Transmiras-Xinzo de Limia-Allariz
  • Le chemin portugais : O Cebreiro-Triacastela-Sarria-Portomarin-Palas de Rei-Melide-Arzua-Santiago de Compostela
  • Le chemin portugais par la côte : A Guarda-O Rosal-Ola-Balona-Nigran-Vigo-Redondela-Pontevedra-Caldas de Reis-Pontecesures-Padron-Santiago de Compostela
  • Le chemin anglais : Ferrol-Neda-Mifio-Bruma-Santiago de Compostela
  • Le chemin d'origine : O Acebo-Paradavella-O Cavado-Castroverde-Lugo-Melide-Arzua-Santiago de Comostela
  • Le chemin de Fisterra-Muxia : Santiago de Compostela-Ames-Negreira-Fisterra
  • La route de la mer de Arousa et Ulla : sur cet itinéraire, le pèlerin traverse la vallée de l'Arousa où il rencontrera les cols de : O Grove, Cambados, Vilagarcia, Pobra do Caraminal y Ribeira ; jusqu'à son arrivée à Pontecesures en remontant le fleuve Ulla. Une fois qu'il arrive à terre à Pontecesures, il continue le chemin ne passant par Padron jsuqu'à St-Jacques de Compostelle.

St-Jacques de Compostelle : final du chemin

Fachada Catedral de Santiago [Archivo Turgalicia]

La ville de St-Jacques de Compostelle naquit au IXème siècle sur la forêt de Libredon, toute proche des récentes découvertes des restes de l'apôtre dans une sépulture romaine ; c'est ici que fut élevé le premier temple pour l'honorer et le protéger. Le développement au moyen âge est spectaculaire, grâce à l'essor européen des pèlerinages, qui la convertissent, avec Jérusalem et Rome, en un des plus grands centres du christianisme. Le culte à Jacques, dont se méfie Almanzon qui en 997 fait détruire et incendie Comostelle en apportant les cloches à Cordoba. En 1705, le roi Alfonso II ordonne de construire la cathédrale de style roman.

Ainsi, Compostelle passa de simple sanctuaire initial à une ville, de par le dynamisme rapide induit par les pèlerinages, faisant ainsi la relation directe avec le monde de St-Jacques à qui elle doit sa splendeur monumentale et symbolique actuelle.

Avec le temps, elle se convertit en une des plus grandes villes saintes du christianisme, à côté de Jérusalem et Rome. La vérité est que tous les visiteurs de St-Jacques sont d'accord pour dire qu'il s'agit d'une ville à la grande spiritualité, magique, spéciale, qui te laisse des traces et qui t'incite à revenir. Parcourir son centre historique, ses rues sinueuses qui vous enchanteront, vivre le multiculturalisme de ses habitants et des nombreuses nationalités qui arrivent par le chemin, est une véritable expérience. Et que dire du joyau de la couronne : l'ensemble formé par la cathédrale avec les places del Obradoiro, Quintana, Plateria et Acivecheria, une des œuvres d'art les plus importantes de l'histoire. C'est donc une des grandes villes européennes, qui fut reconnue en tant que telle en 1985 comme patrimoine de l'humanité.

La cathédrale

Quant tu arrives à la place del Obradoiro et que tu te trouves en face de cette majestueuse cathédrale, tu la regardes et c'est vrai qu'elle en impose, et qu'elle te laissera sans voix, pas seulement lors de la première visite ; beaucoup se couchent à ses pieds et se l'imaginent comme suspendue au ciel. C'est un des grands monuments romans de l'historie, bien que postérieurement l'élément baroque a pris une place importante dans sa structure aussi bien extérieure qu'intérieure. Tout aussi remarquable pour les croyants est l'accès à la basilique par la porte sainte, fêtée chaque année, seul moment dans l'année où elle est ouverte. Le visiteur de la cathédrale de St-Jacques se retrouve avec un rituel que les pèlerins pratiquent depuis quasiment 1 000 ans. Le parcours commence au portique de la Gloria, un des plus riches ensembles de l'art roman, œuvre du maître Matéo, réalisé sur une période de 20 ans et terminé en 1188. Le passage obligatoire suivant est "l'étreinte de l'apôtre" situé dans l'autel supérieur. Au bout, l'étroit escalier qu'il y a derrière la statue dorée de l'apôtre conduit en dessous de l'autel supérieur à une petite crypte dorée qui contient les restes du saint.

L'encensoir de la cathédrale de St-Jacques

Botafumeiro [Archivo Xacobeo]

Dans les célébrations liturgiques particulières, et tous les jours en année sainte, à midi, les visiteurs auront l'occasion de contempler et de profiter de l'encensoir de la cathédrale.

En encensoir spectaculaire en argent, de 80 kg, dont la mission première était de parfumer l'édifice, pendu à une corde en haut de la croisée du transept. Une forte impulsion le dévie de sa position verticale, il s'élève à 21 mètres du haut de la voûte, formant un arc de 65 mètres, où il évolue ensuite en frôlant le sol à une vitesse d'environ 68 km/h, laissant derrière lui une fine trace de fumée aromatisée à l'encens. Simplement remarquable, quelque chose à ne pas perdre si tu décides de faire le chemin et de visiter la ville de St-Jacques de Compostelle.

La Compostela

L'ancienneté de ce document remonte au XIVème siècle et c'est le seul qui accrédite la réalisation du chemin de St-Jacques. La Compostela est rédigée en latin, elle est décernée par le conseil de la cathédrale de St-Jacques à travers son bureau du pèlerinage qui certifie avoir réalisé au moins les 100 derniers kilomètres à pied, quelque soit l'itinéraire historique, ou les 200 derniers kilomètres à vélo, à cheval ou bien encore en bateau. Rentrer avec la Compostela est sans aucun doute un excellent souvenir d'un parcours inoubliable et unique qui pour beaucoup les marque toute leur vie.

Liste de liens

página de inicio de Ultreia © by Abertal